MikaWebsite[.Com!] Forum

Le 1er forum sur Mika en France
 
AccueilCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 mika sur VANIY FAIR!!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
paola



Féminin
Nombre de messages : 238
Age : 31
Localisation : italie
Date d'inscription : 10/01/2016

MessageSujet: mika sur VANIY FAIR!!!   Mar 25 Oct 2016 - 17:37

Coucou voila!!!

Demain mes amis sortira sur vanity fair notre ami Mika Yeaaa Wink Wink Like a Star @ heaven coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
carafon

avatar

Féminin
Nombre de messages : 154
Age : 52
Date d'inscription : 15/04/2014

MessageSujet: Re: mika sur VANIY FAIR!!!   Mar 1 Nov 2016 - 9:40


J'espère que je suis sur le bon topic ,j'ai trouvé 1 traduction en anglais faite par Lunari sur le MFC Very Happy

Je vous laisse sa verzion et j'ai ajouté à la suite ma traduction en Français (à vérifier par les anglophones confirmées lol! parce que j'avoue qu'il y a 2/3 choses dont la signification m'échappe) Rolling Eyes

Mika means Houdini

When he speaks, Mika draws images. During this interview you'll see him: carrying a huge suitcase that only he sees, lying down on a carpet to avoid feeling like an exile and then on stage becoming a prisoner in a cage made of eyes, and also transforming himself into a tree, very tall, as it should be. But let's start from the first scene: he's in his kitchen at home, in London, on the phone. He's saying to everyone: "I've got a crazy idea. I want to do a TV show."

And you weren't talking about X-Factor.
A few years ago I said to myself: I will never do TV. But then I did a talent show, which was of such high quality that it allowed me to remain myself in a situation that was dangerous, very dangerous. And then, because you can't keep doing something that doesn't really belong to you for too long, I stopped. At that point there was an invasion of requests, and I responded to this one: Stasera CasaMika. If it goes well, it goes well, if not, I can say that I have tried to make something beautiful.

What is a beautiful thing on TV like, in your opinion?
There were many beautiful things on TV in the past, when television was an event, a mix of humor and quality and a confluence of many excellent things: amazing clothes, exceptional dancers, cutting edge design; entire teams that were working for movies also worked for television. I'm thinking of Mina's shows and Arbore's Indietro tutta! in Italy, of Frank Sinatra's, Elvis's and Cher's specials in America, the variety of the couple Carpentier in France (manufacturers of TV shows from the 50s and 90s, editor's note). Let's say that I thought of all these things when I imagined the program. And I had one condition: that I was given carte blanche on everything, including the details like the logo, promo, clothes.

Did they give it to you?
Yes.

What's it like in CasaMika?
Crowded, there are many friends who come to see me. Virginia Raffaele and Sarah Felberbaum will be a permanent presence in every episode, and I also see many people and interesting things outside the studio. I thought going out was a way of bringing Italy to my house. I'm doing a long and beautiful journey in your country.

Now you know Italy quite well. How do you see it?
It's a place full of contrasts and contradictions, and inhabited by people so different from each other that they don't even seem like compatriots. But this diversity is what gives it enormous cultural wealth. For me Italy is like a long door, even a beautiful corridor to other countries, and it represents my life very well because here I can find something from places where I've lived: London, Paris, but also Lebanon. I also like the fact that Italy has the same cultural autonomy that I find in France: you have celebrities who are real stars even if nobody abroad knows them, and this is nice because it means that the American entertainment machinery hasn't conformed everything.

Before you came to Italy and really got to know it, had you imagined it like this?
No, everything is much more complex. Things in this country aren't easy: the bureaucracy, for example, is unmanageable. But there is life, and it's in the streets, not hidden behind walls, in homes. And you're always less sad when there's life around you.

Our biggest flaw?
Emotion, always. It's the biggest flaw, but also the biggest asset. I know this well because it's also the biggest flaw of my family.

Are we as welcoming as foreigners say we are?
In this regard it is as if Italy was not one, but two countries. There are millions of Italians who are very tolerant, and millions who aren't like that at all. I've always felt this split in France too, but never in England, at least not until two months ago when they voted for Brexit and it became clear to everyone that the "soft" Right isn't soft at all, and it scares me a lot. But if we pay attention, the same thing is happening in America, with Trump: homophobia, sexism and racism are found everywhere in different colors, attributes and manifestations. We are living a situation of great tension, frustration, economic crisis, and in the background there's war. History tells us that when things go well, societies are more tolerant, and when things go wrong, they close up.

Your family has Syrian and Libanese origins, two warring countries.
My mother has relatives in Syria, who have now all fled. But the 25 years of war in Lebanon have transformed my idea of the country where I was born. Its mythology has fragmented itself into small things: a carpet on which I lie down, the scent of the house when we're cooking, the voice of Fairouz (a Lebanese music star, editor's note). But I think it's like that for all exiles and migrants: your country does't exist anymore, you find it elsewhere and so you can take it with you wherever you go.

Do you also do this with the other countries where you've lived?
Yes, I have a great imaginary suitcase on my shoulders, which is very very heavy. In this suitcase there are places and there is also my family: I'm the only child who has run away from home at 2am to join a circus, but has taken all his relatives with him.

Where do you feel at home now?
Where there is a project and creativity, I am at home. This makes me think of all those who emigrate to find a road that is their own. In Italy this happens a lot, too much, because there are no opportunities for young people, nobody invests in them. The brain drain is also a spirit drain: a generation of kids who dream of escaping is a tragedy for their country. My and my brother's generation are the first who didn't know the world in growth. And this changes your head: the lack of prospects takes away your freedom, the inability to dream is an invisible prison. From which I have always escaped. I ran away from school, from college, from the trap of the pop music machinery: I'm Houdini. I'm always running away, even now. I run away and I carry everything with me. The heaviest suitcases are those that you cannot see.

Will you run away from TV too?
I will run away, I will always change.

But not from music, right?
Singing is the only thing that allows me to run away, it's the most important thing in my life. When you sing, you open a door. When I sing, I feel like I'm speaking another language, a much more complex one, but also a simpler one. A language of signs, of sensuality, with no barriers. It makes me feel free, not powerful, but connected. When I did Rock in Rio (a big music festival, editor's note) in Lisbon in May, there were 80,000 people listening to me, and there, in front of the biggest fear, the biggest prison - there is no prison that is clearer and more explicit than 80 thousand people who are looking you in the eyes - I opened my mouth, I sang and with singing I found the key to open the barriers.

Are you always afraid before you sing?
Always. But you must do it and you do it. It's like sex: isn't it terrifying when you do it for the first time with someone new? But then it passes. It's like seawater when it's cold and you can't decide to enter it. Then the gravity does everything for you.

You mentioned sex with new people, so I have to ask: are you still dating Andreas?
For the last ten years and three weeks. Is it a lot? Yes, no, it depends.

What is the secret of such longevity?
He has left me freedom to change, and so I didn't have to replace him with another person.

He did well: it's always a little scary to see the other person change.
Yes, but he had no choice. We are two very different trees, I like a particular kind of light and a pH of the ground that he doesn't like. So we share neither ground nor light, but we remain here.

And what kind of trees are you?
I'm a pine tree with roots in the ground, but with branches in the wind. He is a chestnut tree that sheds its leaves in winter. But they return in spring. Maybe not all of them, but they return.




Mika signifie Houdini

Quand il parle, Mika dessine des images.
Pendant cet entretien vous le verrez transporter une valise énorme qu’il est le seul à voir; se coucher sur un tapis pour éviter de ressembler à un exilé ; devenir un prisonnier sur scène ,( dans une cage composée d'yeux) ;et aussi se transformer lui-même en arbre, très grand, comme il se doit.
Mais commençons par la première scène : il est dans sa cuisine à la maison, à Londres, au téléphone.
Il dit à tout le monde : "j'ai une idée folle. Je veux faire une émission de télévision."

Et vous ne parliez pas d X-factor....
Il y a quelques années je me suis dit: je ne ferai jamais de TV.
Mais finalement j'ai fait un talent show, qui était d'une qualité telle, qu'il m'a permis de rester moi-même dans une situation qui était dangereuse, très dangereuse.
Et ensuite, parce que vous ne pouvez pas continuer à faire quelque chose qui ne vous correspond pas vraiment pendant trop longtemps, je me suis arrêté.
À ce moment-là ,il y eu une avalanche de demandes et j'ai répondu à celle-ci: Stasera CasaMika.
Si ça marche, ça marche , sinon, je pourrai dire que j'ai essayé de faire quelque chose de beau.

Qu'est-ce qu’ une « belle chose » à la télé, à votre avis ?
Il y a eu beaucoup de belles choses dans le passé à la TV; quand la télévision était un événement, un mélange d'humour et de qualité ,et une confluence de beaucoup de choses excellentes : vêtements étonnants, danseurs exceptionnels, design d'avant-garde.
Des équipes entières qui travaillaient pour des films ont aussi travaillé pour la télévision.
Je pense aux spectacles de Mina et Indietro d'Arbore tutta en Italie, de Frank Sinatra, des « specials » Elvis et Cher en Amérique, des émissions de variété du couple Carpentier en France (émissions de télévision des années 50 à 90, ).
Disons que j'ai pensé à toutes ces choses quand j'ai imaginé le programme.
Et j'avais une condition : qu’on me donne carte blanche sur tout, y compris les détails comme le logo, la promotion, les vêtements.

Vous l'ont-ils donné ?
Oui.

A quoi ressemble CasaMika ?
Il y a foule : beaucoup d’amis viennent me voir. Virginia Raffaele et Sarah Felberbaum seront présentes en permanence dans chaque épisode, et je vois aussi beaucoup de personnes et de choses intéressantes à l'extérieur du studio.
J'ai pensé que sortir était une façon d'apporter l'Italie chez moi.
Je fais un long et beau voyage dans votre pays.

Maintenant que vous connaissez très bien l'Italie, comment la voyez-vous?
C'est un endroit plein de contrastes et de contradictions ;habité par des gens si différents les uns des autres qu'ils ne semblent même pas etre des compatriotes.
Mais cette diversité est ce qui lui donne 1 énorme richesse culturelle.
Pour moi l'Italie est comme une grande porte, un beau couloir vers d'autres pays et ça représente très bien ma vie ,parce qu'ici je peux trouver des choses d'endroits où j'ai vécu: Londres, Paris, mais aussi le Liban.
J'aime aussi le fait que l'Italie ait la même autonomie culturelle que celle que je trouve en France: vous avez des célébrités qui sont de vraies stars, même si personne ne les connait à l'étranger ,et c'est agréable parce que cela signifie que les grosses machines de divertissement américaines n'ont pas tout formaté.

Avant que vous ne soyez venu en Italie et ayez vraiment appris à la connaître, l'aviez-vous imaginé comme ça ?
Non, tout est beaucoup plus complexe.
Les choses dans ce pays ne sont pas faciles : la bureaucratie, par exemple, est ingérable.
Mais il y a de la vie et elle est dans les rues, pas cachée derrière des murs, dans des maisons.
Et vous êtes toujours moins triste quand il y a de la vie autour de vous.

Notre défaut le plus grand ?
Émotion, toujours.
C'est le plus grand défaut, mais aussi le plus grand atout.
Je connais bien ça ,parce que c'est aussi le plus grand défaut de ma famille.

Sommes nous aussi accueillants que les étrangers disent que nous le sommes ?
À cet égard c’ est comme si l'Italie n'était pas un, mais deux pays.
Il y a des millions d’ Italiens qui sont très tolérants et des millions qui ne sont pas comme ça du tout.
J’ai toujours senti cette rupture en France aussi, mais jamais en Angleterre, du moins pas jusqu'à il y a deux mois quand ils ont voté pour le Brexit et que c'est devenu clair pour tout le monde que la droite modérée n'est pas modérée du tout et ça m'effraye beaucoup.
Mais si nous y prêtons attention, la même chose est en train se passer en Amérique, avec Trump : on trouve l'homophobie, le sexisme et le racisme partout dans des couleurs, (des attributs ??) et des manifestations différentes .
Nous vivons une situation de grande tension, de frustration, de crise économique et en arrière-plan il y a la guerre.
L'histoire nous dit que quand les choses vont bien, les sociétés sont plus tolérantes et quand les choses vont mal elles se renferment sur elles meme.


Votre famille a des origines Syriennes et Libanaises, deux pays qui sont en guerre.
Ma mère avait de la famille en Syrie, ils se sont maintenant tous enfuis.
Mais les 25 ans de guerre au Liban ont transformé mon idée du pays où je suis né.
Sa mythologie s'est fragmentée en de petites choses : un tapis sur lequel je me couche, le parfum de la maison quand nous cuisinons, la voix de Fairouz (une star de la musique libanaise).
Mais je pense que c’est la meme chose pour tous les exilés et les migrants : votre pays n’ existe plus désormais, vous le trouvez ailleurs et donc vous pouvez le prendre avec vous partout où vous allez.


Faites-vous aussi cela avec les autres pays où vous avez vécu ?
Oui, j'ai une grande valise imaginaire sur mes épaules, qui est très très lourde.
Dans cette valise il y a des endroits et il y a aussi ma famille : je suis le seul enfant qui s’est enfui loin de la maison à 2h du matin pour rejoindre un cirque, mais a pris tous ses parents avec lui.


Où vous sentez-vous à la maison maintenant ?
Là où il y a un projet et une créativité, je suis à la maison.
Ca me fait penser à ceux qui émigrent pour trouver leur propre route.
En Italie ça arrive beaucoup trop, parce qu'il n'y a aucune opportunité pour les jeunes, personne n'investit sur eux.
La fuite des cerveaux est aussi une fuite d'esprit: une génération d'enfants qui rêvent d'évasion est une tragédie pour leur pays.
Ma génération et celle de mon frère sont les premières qui n'ont jamais connu la croissance.
Et cela change votre tête : le manque de perspectives emporte votre liberté, l'incapacité de rêver est une prison invisible.
Dont je m'échappais toujours .
Je me suis enfui de l'école, du collège (université), du piège de l’industrie de la musique pop : je suis Houdini.
Je m'enfuis toujours, même maintenant.
Je me suis enfui et j’emporte tout avec moi.
Les valises les plus lourdes sont celles que vous ne pouvez pas voir.


Vous enfuirez-vous de la TV aussi ?
Je m'enfuirai, je changerai toujours .


Mais pas de la musique, n'est-ce pas ?
Le chant est la seule chose qui me permet de m'enfuir, c'est la chose la plus importante dans ma vie.
Quand vous chantez, vous ouvrez une porte.
Quand je chante, je pense que je parle une autre langue, beaucoup plus complexe, mais aussi plus simple.
Une langue de symboles, de sensualité, sans barrières.
Elle me fait sentir libre, pas puissant, mais connecté.
Quand j’ai fait « Rock on Rio « (un grand festival de musique) à Lisbonne en mai, il y avait 80000 personnes m'écoutant ,et là, devant la plus grande peur, la plus grande prison - il n'y a aucune prison qui est plus claire et plus explicite que 80000 personnes qui vous regardent dans les yeux - j'ai ouvert ma bouche, j'ai chanté et avec le chant j'ai trouvé la clé pour ouvrir les barrières.


Ayez vous toujours peur avant de chanter?
Toujours.
Mais vous devez le faire et vous le faites.
C’est comme pour le sexe : est-ce que ce n'est pas terrifiant quand vous le faites pour la première fois avec quelqu'un de nouveau ?
Mais après ça passe.
Ca ressemble à l'eau de mer quand il fait froid et que vous ne pouvez pas décider d'y entrer.
A ce moment là,la gravité fait tout pour vous.


Vous avez mentionné le sexe avec des nouvelles personnes, donc je dois demander : sortez-vous toujours avec Andreas ?
Depuis dix ans et trois semaines. Est ce beaucoup ? Oui, non, ça dépend.


Quel est le secret d'une telle longévité ?
Il m'a laissé la liberté de changer ,et ainsi je n'ai pas eu à le remplacer par une autre personne.


Il a bien fait: c’ est toujours un peu effrayant de voir l'autre changer
Oui, mais il n'avait pas le choix.
Nous sommes 2 arbres très différents, j'aime une sorte particulière de lumière et un pH de terre qu'il n'aime pas.
Donc nous ne partageons ni le sol, ni la lumière, mais nous restons .


Et quel genre d’ arbres etes vous ?
Je suis un pin avec les racines dans la terre, mais les branches dans le vent.
Il est un châtaigner qui perd ses feuilles en hiver. Mais elles reviennent au printemps.
Peut-être pas toutes, mais elles reviennent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Léna Machu
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 9280
Age : 41
Localisation : Au près de mon Arbre
Date d'inscription : 05/05/2010

MessageSujet: Re: mika sur VANIY FAIR!!!   Mar 1 Nov 2016 - 10:35

Merci beaucoup Carafon Bizoox

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Norotiana

avatar

Féminin
Nombre de messages : 27
Age : 50
Localisation : AUBAGNE
Date d'inscription : 22/08/2016

MessageSujet: Re: mika sur VANIY FAIR!!!   Mar 1 Nov 2016 - 22:42

Bonsoir les filles.

Nous avons pu acheter le "Vanity Fair Italia" ce matin dans un kiosque à Nice. Trop contentes!!!!!

Merci Carafon pour les traductions.

Bises
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
paola



Féminin
Nombre de messages : 238
Age : 31
Localisation : italie
Date d'inscription : 10/01/2016

MessageSujet: Re: mika sur VANIY FAIR!!!   Mer 2 Nov 2016 - 17:31

bien cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pew'
Modérateur
Modérateur
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1682
Age : 22
Localisation : Montagnac (04)
Date d'inscription : 24/07/2011

MessageSujet: Re: mika sur VANIY FAIR!!!   Jeu 3 Nov 2016 - 20:29

Merci pour la traduction Wink <3

_________________

Nice 17/07/12 Albi 08/07/13 Paris 19/04/14 Paris 08/11/14 Paris 19/09/15 Paris 17/10/15 Liège 04/06/16 Bruxelles 23/06/16 Albi 08/07/16
Sollies-Pont 20/07/16
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/142596761@N07/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: mika sur VANIY FAIR!!!   

Revenir en haut Aller en bas
 
mika sur VANIY FAIR!!!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coucou les mika-fans
» www.mika.fr
» Mika : marié, deux enfants..
» nationalité et origines de Mika
» Les vêtements de MIKA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MikaWebsite[.Com!] Forum :: Mika :: Mika News-
Sauter vers: